Neue Seite 1
HRVATSKA KULTURNA ZAJEDNICA U ŠVICARSKOJ
   

  

 

HKZ-KKV
  Home
Über uns
Über Kroatien
  Aus der Schweiz
  Geschichte-Politik
 

 

Kroatischer Kulturverein

Hrvatska Kulturna Zajednica

Postfach

CH-8050 Zuerich

 


 
 
 
hakave.gif
 
 

 

 

 

hous-logo.jpg

   
   
   
   
   
   
 

UNE CABLE ANTI-CROATE       (05.06.2016)

Depuis le mois de janvier une énorme campagne internationale de diffamation et de désinformation fait rage contre le nouveau gouvernement croate et plus particulierement contre son ministre de la Culture, Zlatko Hasanbegović. On se croirait revenu aux temps de l'Agitprop et du camarade Stepakov, tant les assauts paraissent soigneusement organisés et synchronisés. De toute évidence, l'intelligentsia gauchiste ne supporte pas de voir l'Est de l'Europe et plus particulierement la Croatie élire des dirigeants de droite et refuser de cautionner la gabegie et la dégénérescence ambiantes. On sort donc l'artillerie lourde.

 

Derniere attaque en date, une pétition qui s'en prend au ministre Hasanbegović, accusé pele-mele de révisionnisme, de nostalgie oustachie, de sympathies génocidaires et d'hostilité aux valeurs de l'Union européenne. Jeune historien de 43 ans, le ministre doit etre un peu surpris de se retrouver ainsi dans l'oil du cyclone. Il doit probablement s'étonner aussi de voir se mobiliser contre lui toute une ribambelle de "consciences morales" du calibre de Toni Negri, condamné autrefois a 30 ans de réclusion pour meurtres, qu'escortent quelques personnages plutôt incongrus (en tout cas lorsqu'on parle d'affaires croates), comme l'universitaire macanaise Wong Yi-Lee, le comique français Michel Boujenah, le député juif australien Michael Danby, ou encore deux rescapés du génocide rwandais (Jean de Dieu Mirindi et Charles Habonima) et une brochette de féministes américaines. Ces gens-la seraient-ils meme capables de situer la Croatie sur une carte? On en doute un peu.

Ajoutez encore a cela l'inévitable Caroline Fourest, le pathétique Finkielkraut (qui court désespérément apres l'extreme-gauche alors que celle-ci lui crache dessus) le cinéaste Elie Chouraqui et le dramaturge Dario Fo, et vous obtenez un cocktail pour le moins saugrenu.

Le côté insolite de l'opération ne se limite pas aux signataires de la pétition mais il concerne aussi les media qui s'en font les véhicules. En France, c'est Libération (23.05) qui s'y connaît en matiere de génocide puisqu'il s'enthousiasma autrefois pour le bon Pol Pot et ses sanglants collegues de l'Angkar. Nul doute que ce journal soit le mieux placé pour donner des leçons. En Suisse, on trouve Le Temps (30.05) qui fait carrément dans le catastrophisme le plus ridicule en annonçant a ses lecteurs qu'en Croatie, "on va bientôt se mettre a bruler les livres" - un peu comme a la fin des années 1960, lorsque les tribunaux helvétiques faisaient bruler l'ouvrage d'un certain Dr Mathez (1)?

A Bruxelles, c'est La Libre Belgique (28.05) qui s'emmele un tantinet les pinceaux : elle accuse, en effet, le nouveau gouvernement croate d'etre a la fois "ultranationaliste, catholique intégriste et ultralibéral", ce qui paraît pour le moins contradictoire. Ensuite et sans doute en guise d'illustration de l'intégrisme catholique, elle vilipende M. Hasanbegović, oubliant sur sa lancée que ce monsieur est un musulman pratiquant et que sur beaucoup de points, il déclare s'inscrire dans la lignée intellectuelle du paien Alain de Benoist. Mais au diable la cohérence: le tout c'est d'attaquer tous azimuts et d'essayer a tout prix d'abîmer l'image d'un homme et d'un pays!

Faut-il préciser pour conclure que ce déluge d'insanités ne possede aucun fondement? Dans une déclaration en date du 26 janvier 2016, Ivan Zvonimir Čičak, ancien dissident (longuement emprisonné par la Yougoslavie communiste), grand défenseur des droits de l'homme et actuel président du Comité Helsinki de Croatie, fait litiere de toutes les accusations qui visent M. Hasanbegović. Il parle "des attaques diffamatoires et des mensonges" dont le ministre est la cible et dénonce clairement l'usage frauduleux que certains font de l'antifascisme pour tenter de justifier les abus et les crimes de l'ancien régime communiste et de la Yougoslavie. Par ailleurs, dans un autre déclaration, en date du 31 janvier 2016, 77 historiens croates (dont plusieurs universitaires) et 67 personnalités diverses de la communauté académique et scientifique (dont trois académiciens) apportent leur soutien au ministre et expriment leur inquiétude face aux amalgames et déformations qui ont pour but de le "disqualifier politiquement, professionnellement et moralement".

Toute a la crainte de perdre définitivement son hégémonie culturelle dans plusieurs pays européens et notamment en Croatie, une certaine intelligentsia de gauche fait feu des quatre fers pour tenter de discréditer ses adversaires et sauver ses prébendes. C'est dans ce cadre-la qu'il faut situer les actuels boniments et calomnies qui visent Zlatko Hasanbegović. Au sortir de 45 ans de tyrannie communiste et en l'absence regrettable de toute lustration, la Croatie ne manque, hélas, pas de traîtres, de défaitistes, d'embusqués, de rescapés ou de sycophantes des polices politiques d'antan, et d'antipatriotes de tout poil: longtemps bénéficiaires d'une totale impunité, ces gens ont désormais peur de perdre leurs sinécures, notamment dans les secteurs de la presse et de la culture, et ils attaquent. Ils le font avec leurs armes traditionnelles, le mensonge, la médisance, l'insinuation, l'imposture, et ils peuvent compter comme toujours, dans le monde entier, sur une immense armée d'acolytes, de naifs et de crétins. Tout cela est de l'intox, ni plus ni moins, et bien sot serait celui qui s'y fierait. Espérons en tout cas que les droites européennes ne se laisseront pas une fois de plus embobiner car pour l'instant, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'en matiere de solidarité avec la droite croate, elles auraient plutôt tendance a se hâter tres, tres lentement.


Christophe Dolbeau
http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2016/06/02/une-cabale-anti-croate.html

www.hkz-kkv.ch

(02)

 

 

Neue Seite 1
© 2002 HKZ Hrvatska Kulturna Zajednica
Design & programming: TOKU